Vos lieux de culte

FAQ

Vous trouverez ci-dessous les questions qui reviennent souvent.

Il existe plusieurs types de structures d'accueil et d'accompagnement dans le canton : EMS, EPSM, CAT, SAMS, Appartement protégés ou adaptés, etc. L'accompagnement spirituel des bénéficiaires se fait de manière différenciée selon le type de structure. Grosso-modo, la frontière se situe entre ceux qui peuvent ou non se rendre dans une communauté locale.

En EMS, les personnes sont généralement "captives" de l’institution. Ce qui est aussi le cas dans les établissements spécialisés pour personnes souffrant de différents handicaps, et les prisons. Dans toutes ces situations, dans la mesure du possible, il est prévu un accompagnement intra-muros, par le biais d'un aumônier.

Dans toutes les autres situations, nous favorisons le lien entre le bénéficiaire et sa communauté religieuse :

- Pour les EPSM, sauf exception, les personnes peuvent sortir librement de l'établissement et donc rejoindre la communauté de leur choix.

- Pour les CAT fréquentés par des personnes résidant à domicile et les appartements protégés ou adaptés, un accompagnement spirituel peut-être demandé à la communauté d'appartenance du bénéficiaire.

- De même pour les HNM (Home non médicalisé), où les personnes sont assez valides pour rejoindre une paroisse, par exemple.

La mission de l'aumônier (1) en EMS répond à des attentes diverses et complexes. Une solide formation est nécessaire pour couvrir les trois champs de son action : Spiritualité, religion et éthique.

  • Une formation théologique est incontournable à l'exercice du ministère d'aumônier. Nous vivons une époque en pleine mouvance autour de la spiritualité. L'aumônier doit être capable de comprendre les représentations spirituelles et religieuses de la personne qu'il accompagne et d'en mesurer les ressources et les risques. Sa formation théologique permet de prendre du recul, à partir d'un référentiel donné, pour mieux comprendre où se situe son vis-à-vis, afin d'apporter un éclairage adéquat. Vous trouverez ci-après les éléments cadre pour l'engagement des aumôniers. Lorsqu'un candidat n'a pas encore de formation théologique, le parcours initial peut donc être long et exigeant, il peut représenter un obstacle important pour les personnes de plus de 55 ans.
  • Après sa formation de base, l'aumônier est engagé par une Eglise qui l'accompagne dans plusieurs stages pratiques durant une année à deux ans.
  • Pour exercer valablement un ministère d’aumônier en EMS selon le concept d’aumônerie 2014, des compléments de formation seront nécessaires. Un CPT (Éducation Pastorale Clinique) est le bienvenu. Il est exigé pour les ministres de moins de 50 ans voulant s’engager dans l’aumônerie. Il peut être effectué en cours d'emploi via un CPT fractionné, à partir du lieu de travail, en l’occurrence l’EMS. Le CAS en accompagnement spirituel en milieu de santé, actuellement offert par l’UNIL ne remplace en aucune manière la formation de base universitaire ni le CPT, mais c’est un plus. Une fois engagé, l'aumônier doit encore acquérir les compétences spécifiques à cette mission. Un programme individuel de formation continue est mis en place pour les quatre à cinq premières années de ministère.
  • Ajoutons qu'il va de soit que les aumôniers participent à une vie d’Eglise.

Document cadre pour les engagements des aumôniers

L’aumônier bénéficie d’une formation de base universitaire en théologie ou de celle offerte par le SCT et Formation d’animateur-trice pastoral-e (CCRFE).

Pour l'ECVD

(texte à développer)

Pour l'EERV

Réf. : Règlement ecclésiastique de l'EERV, Ch. 2, § 178 à 184.

Pastorat

  1. Diplôme : Master de théologie protestante dans une Faculté reconnue par la CER (UNIL-UNIGE / IPT-Strasbourg)
  2. Expérience professionnelle : Aucune expérience professionnelle demandée
  3. Stage : 18 mois

Diaconat

  1. Diplôme : CFC / Diplôme SCT (EERV CF)
  2. Expérience professionnelle : Expérience de 5 ans (à plein temps)
  3. Stage : 18 mois

Si le candidat a un diplôme HES ou universitaire (Bth) sans expérience professionnelle. Il devra faire le stage diaconal pour compenser l’absence des 5 ans (en discussion avec la CER et l’OPF). 

Animation d’Eglise

  1. Diplôme : Master universitaire (sciences humaines) ou master HES / Bth universitaire (sciences humaines) / diplôme HES (santé-social)
  2. Diplôme SCT (EERV Cèdre Formation)
  3. Expérience professionnelle : 5 ans, si possible dans un domaine proche du futur ancrage institutionnel
  4. Stage : une année en CDD/CDM, et formation complémentaire en cours emploi

Pour rappel : La HET PRO n’est pas reconnue par l’EERV et n’est pas une HES les dossiers passent par Cèdre Formation dans un premier temps pour évaluation.

Dans le cas d’animateurs d’Eglise venant des métiers de la santé ou du social, voici pour rappel ce que dit le Règlement ecclésiastique à l'article 184 :

L’animateur d’Eglise doit satisfaire aux exigences suivantes :  a)  être baptisé et se reconnaître membre de l’EERV ;  b)  être au bénéfice d’une formation professionnelle de niveau ES (école supérieure) ou supérieur ou d’une validation d’acquis d’expérience ;  c)  être au bénéfice d’une formation théologique complémentaire conforme aux exigences de la formation prérequise de la Conférence des Eglises Réformées Romandes pour les diacres ;  d)  s’engager à suivre le cours préparatoire de l’Office protestant de la formation (OPF) dans les deux années suivant son engagement.  e)  Le contrat de travail fixe les exigences de formation en cours d’emploi, notamment lorsque les critères des lettres c) et d) ne sont pas remplis.


(1) Nous utilisons le masculin pour ne pas alourdir le texte.

Pensée du jour

Pour une conversion cohérente (2 Chroniques 34,22-33)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour