Vos lieux de culte

L’Église réformée vaudoise s’est engagé dans une campagne d’information sur le mariage pour toutes et tous

Adopté par les autorités fédérales, l’ouverture du mariage aux couples de même sexe (dit «mariage pour tous») a fait l’objet d’un référendum contre cette nouvelle loi. La population suisse s’est exprimé sur cet objet le 26 septembre 2021.
Dans une perspective théologique, éthique, juridique et de témoignage, l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) a lancé une campagne d’information pour présenter les enjeux du mariage pour toutes et tous. Le but étant d’accompagner la réflexion, le débat et l’action sous la forme d’un débat informé, ouvert et participatif. 

Une institution à l’écoute, ouverte et responsable 


La mobilisation de l’Église réformée vaudoise porte sur tout sujet visant à augmenter l’égalité des droits civils, sociaux et économiques. Sa mission s’inscrit dans l’accueil de toutes et tous dans un climat d’égalité à visée inclusive.
Dans cette vision, l’EERV réaffirme sa volonté de lutter contre toutes les inégalités, les discriminations et les violences subies en fonction des orientations affective, sexuelle ou d’identité de genre. 
L’Église affiche sa détermination à ne pas contribuer à une classification entre des citoyennes et des citoyens de première zone bénéficiant de certains droits et des citoyennes et des citoyens de seconde zone qui ne bénéficieraient pas des mêmes droits. Sur la question centrale de l’égalité des droits et des devoirs des citoyennes et des citoyens, l’Église prend part au débat d’information sachant que la thématique du « mariage pour tous et toutes » ouvre des questions amenant des réponses différenciées en son sein. 
Forte de son expérience en 2014 lors de la mise en place d’un acte liturgique pour les partenaires enregistrés où le débat fut vigoureux, il est apparu opportun à l’Eglise d’entretenir cette culture du dialogue mettant en place les conditions d’un débat serein et propice à l’échange et à la rencontre. En se dotant dès le départ de supports propices à la réflexion, l’Eglise réformée vaudoise rappelle également:

  • son devoir d’unité en organisant le débat 
  • sa capacité institutionnelle à susciter et à accepter le débat
  • l’ouverture d’esprit nécessaire à l’expression des différentes sensibilités et appréciations
  • la richesse d’expressions cohabitant dans l’EERV.

L’Eglise rappelle qu’en novembre 2019, l’Assemblée législative de l’Eglise évangélique réformée de Suisse se prononçait en faveur du mariage pour tous et toutes et qu’en février 2020, le peuple suisse votait en faveur de l’extension de la norme pénale sur la discrimination raciale au problème de la discrimination en raison d’une orientation sexuelle.

Avec le monde en son cœur, et au cœur d’une société en mutation - où parfois le fait précède le droit - l’Église réformée vaudoise entend être à l’écoute de ce qui l’entoure et l’environne. 

Le groupe Église inclusive 

Cette campagne d’information a été portée par le groupe Église inclusive. A la source de ce groupe, un travail initié début 2018 sur une conception plurielle et partagée de l’ouverture vécue de l’Église aux personnes LGBTIQ+. Le groupe Église inclusive est actif au sein de l’Eglise évangélique réformée vaudoise pour amener un vent d’inclusivité.
Il anime les discussions autour de la thématique concernant l’inclusion des personnes LBGTIQ+ d’une manière adaptée à l’environnement du canton de Vaud. 

Sur un pied d’égalité, des activités sont portées auprès du public LGBTIQ+ et des activités propres à sensibiliser les autres à certaines problématiques sont menées.
Parmi celles-ci :

  • le groupe «À Bras Ouverts», groupe de partage pour jeunes LGBTIQ+
  • la formation notamment auprès des jeunes animatrices et animateurs de camps sur la prévention de l’homophobie et la formation à l’inclusivité
  • un travail mené sur une culture d’inclusivité pour les cultes et des célébrations inclusives.

L’Église portée par l’Évangile exprime que sa volonté d’ouverture aux débats sera toujours supérieure à sa crainte du débat. Que le danger n’est ni dans l’abondance de discussions, ni dans la hantise de la controverse. Mais que le risque est plutôt dans l’absence d’échanges, la peur de choquer et le repli.
 

Eglise et politique

L’Eglise réformée vaudoise rappelle que ce n’est pas elle qui choisit les thèmes des objets soumis à votations. Cependant, elle évoque un devoir de traiter tout objet soumis au corps électoral ayant trait à ce qui touche à l’être humain. Ces thématiques questionnent l’Eglise car cela évoque les valeurs fondamentales liées à l’ADN de l’Eglise : le lien, la relation à l’autre, la confiance, la responsabilité individuelle, le respect, l’honnêteté, le pardon, la justice, la solidarité, l’attention aux plus démunis.
L’Eglise souhaite participer au débat démocratique avec objectivité pour contribuer à la formation de l’opinion politique en y amenant son domaine d’expertise et de compétence sous un angle souvent théologique mais pas que :

  • l’Eglise souhaite être partenaire de l’humain et du religieux (incluant le spirituel) dans une société en évolution et en mutation permanente où le fait précède parfois le droit
  • l’Eglise ne fait pas de politique partisane mais exerce des activités d'engagements basées sur l'entraide, la solidarité et l'intégrité
  • l’Eglise n’est pas plus légitime mais elle n’est pas moins légitime que les autres à s’exprimer 
  • l’Eglise n’est pas au-dessus des lois mais pas non plus au-dessous.

Le devoir de l’Eglise est de répondre aux questions du citoyen et de la citoyenne en proposant des supports favorisant la réflexion et permettant de se forger une opinion sans donner à aucun moment de consigne de vote. 
 

La campagne d’information: tournée de clips et théâtre-forum 

Avec pour objectif de rencontrer, partager et dialoguer, la campagne d’information a été lancée sous la bannière d’une identité graphique EERV-LGBTIQ+ compatible aux couleurs arc-en-ciel. A travers cinq clips vidéo, des spécialistes dans leurs domaines respectifs expliquent, renseignent et exemplarisent sur les différents enjeux de ce changement de loi.Les questions théologiques, éthiques et juridiques y sont abordées. Le témoignage d’une famille homoparentale éclaire l’information sous l’angle du récit vécu.

Ces vidéos furent le support d’un cycle d’information itinérant et mobile à travers le canton de Vaud dès septembre 2021.
Partir à la rencontre, faire connaissance, susciter le débat, entendre les différentes opinions sont le but de cette tournée cantonale passée par Nyon, Montreux , Yverdon , Lausanne, Echallens, Bex et à l'Espace culturel des Terreaux à Lausanne. 

Les vidéos

Christophe Chamalet

Djemila Carron

Lorenza Visetti et Deborah Demeter

Nathanaël Petermann

Olivier Bauer

Vidéo suivante :
Christophe Chamalet
Djemila Carron
Lorenza Visetti et Deborah Demeter
Nathanaël Petermann
Olivier Bauer
/

En complément à cette tournée cantonale d’information, un théâtre-forum a été créé, écrit et représenté en septembre 2021 sous forme de théâtre, avec un angle interactif, participatif et ludique basé sur des jeux de rôles.
Cette démarche est menée par le groupe « À Bras Ouverts » de l'antenne Église inclusive, avec pour objectif de susciter la réflexion, le débat et d’envisager des solutions créatives. Il s’adresse à un public de tous les âges, avec une attention particulière pour les jeunes. 

Une cérémonie nuptiale unique (bénédiction) pour tous ces couples

Lors du Synode de printemps 2022, ce sont des discussions fortes, engagées et animées qui ont reflété le pluralisme de l’Église réformée vaudoise lorsque le débat a porté sur la bénédiction nuptiale. Le Code civil suisse change au 1er juillet 2022 rendant impossible tout nouveau partenariat enregistré et l’EERV est soumise à la législation suisse. Il s’agissait de discerner les changements à apporter au Règlement ecclésiastique de l’EERV.
La discussion s’est appuyée sur les rapports étayés de l’exécutif et de la Commission d’examen. Ces rapports traitent des enjeux théologiques, ecclésiaux, rituels et juridiques indiquant également la nécessité d’un dispositif d’accompagnement et d’information des décisions prises auprès de la communauté réformée et de toutes et tous.
 
Face à des peurs et à des craintes exprimées quant à ces modifications du Règlement ecclésiastique, il a été répondu que le risque pouvait aussi résider qu’une partie de la communauté protestante se détourne de l’Église qui se doit d’accueillir toutes et tous selon le monde qui l’entoure. Que le peuple de Dieu n’est pas un peuple à part mais une partie de la société civile.
Le souhait d’aller de l’avant a ainsi été confirmé par les décisions, prises à la majorité, ci-dessous.
 
A la suite de l’acceptation par le peuple suisse en 2021 de la modification du Code civil, le Synode décide de :

  • attaché à la conception de la bénédiction nuptiale définie comme la grâce que le Dieu de Jésus-Christ accorde par son Esprit à l’union formée par deux personnes civilement mariées, le Synode décide de réviser son Règlement ecclésiastique afin d’offrir une cérémonie nuptiale unique (bénédiction) pour tous ces couples.
  • le Synode charge le Conseil synodal de proposer les révisions réglementaires qui s’imposent, de prévoir des mesures théologiques et pastorales d'accompagnement afin de mettre en œuvre la décision prise, cela auprès des ministres, des corps constitués de l’EERV ainsi que du peuple de l'Église.
  • le Conseil synodal préparera également à destination du Synode un projet d’article de règlement prévoyant un dispositif de refus ou de report des cérémonies nuptiales, pour des raisons de conscience.
Pensée du jour

Au commencement, un enfant (Esaïe 9,1-6)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour