Vos lieux de culte

Premier jour d’école pour certains enfants -et sans oublier leurs parents-, changement d’école, on passe chez les « grands », on affronte un redoublement, on fait ses premiers pas dans un apprentissage ou au gymnase, etc. Joie des retrouver des amis, crainte de retrouver des ennemis… La rentrée ne manque pas de défis ! Sans compter la canicule, juste pour réchauffer l’ambiance.

J’ai entendu un politicien parler de l’école comme projet d’humanisme, qui tente d’intégrer chaque personne dans sa diversité. Noble intention, qui se heurte vite à la difficulté d’accompagner cette diversité dans un programme commun. En définitive il y a un projet de société derrière l’école, mais l’école évolue aussi au gré des changements de société. C’est un système mouvant, les enseignants en savent quelque chose, eux qui sont soumis à des changements de programme et d’orientation assez fréquents ! Développement de l’informatique, réforme de l’ortograf…

« Celui qui s’occupe d’éducation des enfants s’occupe du gouvernement du monde », a écrit Jean Chrysostome, un penseur chrétien du 4e siècle. Un projet de société est en gestation dans les écoles, mais lequel ? Il serait intéressant d’entendre celui des enfants, et quel monde ils rêvent de construire. Au-delà des partis politiques, multiples ou uniques, la vérité sortirait-elle de leur bouche ?

Un certain « Royaume des cieux », projet de société audacieux et destiné à fonder un horizon visible par tous plutôt qu’un programme politique, a été formulé par Jésus, qui prenait en exemple les enfants comme ses meilleurs ambassadeurs. Finalement, qui sont ceux qu’on appelle les « grands » ?

L’école reste élitiste, cependant. Il suffit de voir l’engouement plutôt faible pour les apprentissages dans certains métiers techniques et artisanaux, au profit des études longues (qui peuvent être ennuyeuses…) et des métiers digitaux. Pourquoi donc ?

Frédéric Steinhauer,

Pensée du jour

Résilience (Genèse 35,16-21 et 27-29)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour