Vos lieux de culte

J’oscille entre enthousiasme et inquiétude, espérance et défaitisme, joie et colère, entre envie de me battre encore ou de tout abandonner… A l’image du climat secoué par des événements de plus en plus contrastés et paroxysmiques, j’ai le sentiment d’être tombé dans un grand shaker secoué par un barman fou.

C’est que les enjeux sont immenses : il en va de la qualité de vie sur la terre. Face aux défis environnementaux et sociaux qui forment un tout étroitement lié, il est plus que jamais indispensable de pouvoir disposer d’une information objective et fiable. Deux critères déjà bien mis à mal par les réseaux sociaux devenus les super producteurs de fausses informations… pas perdues pour tout le monde.

L’arrivée depuis moins d’une année des nouveaux moyens de production d’information à large échelle issus de l’Intelligence Artificielle est pour moi l’arme de désinformation massive qui risque bien de précipiter notre monde dans un brouillard aussi épais que délétère. Comment garder espoir, que faire pour tenter d’apporter un peu de lumière, y voir un peu plus clair ?

Peut-être que plus que de grandes réponses techniques, politiques ou économiques, cette petite histoire de sagesse vous ouvrira une piste.

Un vieux moine demanda un jour à de jeunes novices comment reconnaître le moment précis où s’achève la nuit et où commence le jour. « C’est lorsqu’on peut sans peine distinguer un rocher d’un mouton » dit l’un d’eux. Non, répondit le moine. « C’est lorsque je peux sortir du dortoir sans risquer de heurter un lit ou une chaise » dit un autre. Non, redit le moine. « Mais alors, quand est-ce donc ? » demandèrent les autres.

« C’est lorsqu’en regardant n’importe quel visage, tu reconnais ton frère ou ta sœur. Tant que tu n’y arrives pas, il fait encore nuit dans ton cœur ! »

Apprenons à regarder avant qu’il fasse trop nuit.

 Jean-Christophe Jaermann

 

Pensée du jour

Résilience (Genèse 35,16-21 et 27-29)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour