Vos lieux de culte

L’EMS est comme une grande famille. Quand un résident décède, toute la maison est en deuil. Malheureusement, du fait que les résidents sont très âgés, les décès sont beaucoup plus fréquents que dans nos lieux de vie habituels. Un soin tout particulier doit donc être accordé au processus de deuil des autres résidents et des soignants.

C’est ainsi qu’en plusieurs lieux sont organisées régulièrement des célébrations du souvenir, présidées généralement par les aumôniers.

Retrouvez ci-dessous 2 exemples de ressources pour une célébration du souvenir : 

  • Le rite des 3 bougies 
  • Un exemple de liturgie pour une Célébration autour de la « mémoire et espérance"
     

(*) Par Evelyne ROLAND KORBER  pasteure à Brenles en Suisse (* décédée en 2010) - Source aumomerieems.eerv.ch 

 

Dans certains foyers, avant de commencer le repas de Noël. le père de famille allume trois bougies : une rouge, une bleue et une verte.

  • En allumant la bougie rouge, il déclare : «J’allume cette flamme en souvenir de tous les morts qui nous ont précédés sur cette terre, et sans qui nous ne serions pas ce que nous sommes.»
  • En allumant la bougie bleue : «J’allume cette flamme en témoignage de fidélité à tous les parents et amis absents qui ne peuvent se trouver avec nous ce soir, mais qui partagent notre foi dans le retour de la lumière».
  •  
  • En allumant la bougie verte : «J’allume cette flamme en espérance de tous les enfants à naître, qui perpétueront à leur tour le feu du soleil».

Après quoi le festin commence. dans la bonne humeur générale.

On trouve aussi brièvement mention de cette coutume dans le guide RTL "Les fêtes : histoire, traditions, suggestions" de Jacqueline Corric (Éd. Robert Laffont, Paris, 1985).

Sur la table le soir du réveillon on plaçait trois bougies:

  • une rouge pour les ancêtres
  • une bleue pour les absents,
  • une verte pour ceux qui viendront. 

Cette coutume a parlé au cœur de mon père si bien qu’aux Noëls familiaux il s’est mis à allumer les trois bougies au début du repas.
Et je me rappelle avoir retrouvé mention de ce rite dans un ou deux livres de littérature suisse. Était-ce sous la plume d’Yvette Zgraggen? Franchement, je ne sais plus. Toujours est-il que dans mon souvenir, cette coutume se vivait il y a environ cent ans, en Suisse centrale.

Ce geste avec ces 3 bougies a beaucoup de sens pour moi.
Par exemple, la première fois que nous avons passé Noël sans les conjoints de mes frères et sœurs, des séparations étant survenues, cela a dénoué l’accueil. Allions-nous faire comme si de rien n’était face à cette nouvelle géographie familiale? Allumer les bougies et en particulier la bleue a permis de nommer les absents, de reconnaître leur place dans le réseau familial et de se sentir en communion avec eux au cours de la fête, puisque les trois bougies restent allumées tant que la famille est rassemblée.
Ce fut aussi le cas le premier Noël sans belle-maman : d’emblée on signale celle qui manque, dont on manifeste la présence dans nos cœurs. Cela donne une place au chagrin, à la pensée commune pour l’absent(e) et à l’espérance.

Dans mon ministère, je me rappelle avoir proposé ce rite lors d’un service funèbre dans le temps de Noël, avec un enfant du défunt en vacances à l’autre bout du monde et une fille enceinte de 8 mois. Depuis je l’ai proposé dans d’autres enterrements où un membre de la famille ne pouvait être là et/ou on attendait un enfant. C’est pour moi un langage simple qui permet d’accueillir plus largement que les personnes présentes en chair et en os. Cela ouvre la communauté et indique la dimension de la « communion des saints ».

Cette notion est souvent « patois de Canaan ». Sous la forme de ce rite, elle s’accroche à nos histoires individuelles. La communion des saints se vit ainsi dans le partage d’une promesse, et dans la mémoire de ce qui nous constitue. Elle se tisse dans ces moments où nous nous retrouvons à plusieurs avec les noms de ceux qui comptent pour nous et le nom au-dessus de tout nom qui permet d’invoquer la présence de Dieu. Créateur et Sauveur.
Et j’ai offert aussi les trois bougies, dans le temps de Noël, à des familles endeuillées : un signe pour aider à éclairer la peine, à faire une place à la blessure tout en marquant l’espérance.
Étonnamment. j’ai découvert que ce rite parlait au cœur de beaucoup: plusieurs fois on m’a demandé « les trois bougies » pour un service funèbre ; j’en ai vu allumées dans plusieurs foyers, elles ont leur place dans bien des cultes du souvenir et notre groupe de prière les allume à chaque début d’année.
En décembre passé (2008), Shafique Keshavjee a parlé de ce rite dans une interview publiée par 24 Heures, ce qui a contribué à faire connaître cette coutume. D’autre part Rosette Poletti a proposé ce même rite lors d’une cérémonie au centre funéraire de Montoie en fin d’année, célébration laïque destinée à tous les endeuillés.
Je crois que nous avons besoin de rites. Celui-ci a le mérite d’être simple, accessible, de nécessiter peu de matériel, d’avoir du sens pour une personne seule comme pour une famille ou une assemblée plus large.
Pour ma part je nomme chaque fois les personnes concernées par chaque bougie et je précise que la bougie verte est allumée non seulement pour les enfants à naître mais aussi pour tous ceux qui rejoindront le cercle : nouveaux conjoints, nouveaux amis. Et dans notre salon, le chandelier avec les trois bougies est posé sur une étagère, prêt à servir chaque fois que cela fait sens.

 

Un exemple de liturgie pour une Célébration autour de la « mémoire et espérance"

 Accueil : 
C’est au nom du Père qui nous aime envers et contre tout,
au nom du Christ, notre compagnon de route,
et au nom de l’Esprit-Saint, Souffle de vie, notre consolateur,
que nous vous accueillons.

Bienvenue à chacune et à chacun, quelle que soit votre confession, vos convictions, et les sentiments qui vous habitent, bienvenue pour vivre ensemble cette célébration du souvenir comme un temps de mémoire et d’espérance.

Mémoire et Espérance! 
Par ce moment de partage et de communion, nous voudrions  vivre plus intensément la réalité même de Dieu. Dieu est proche de nous. Dieu se souvient de chacun de nous, dans l’espace et le temps, à chaque heure, en chaque lieu. Notre réalité à nous les humains est étroite, localisée, limitée dans le temps, victime de l’oubli. Celle de Dieu est large, sans limite, durable, infinie. Dans la foi, par la foi, nous sommes comme transportés, élargis à cette dimension de Dieu, au-delà de nos obscurités, de nos limites, vers cette lumière que nous appelons : l’Eternité. Et c’est dans la conscience de cette proximité de Dieu en nous et autour de nous, que nous pouvons déjà entrer dans le temps de Dieu, c’est-à-dire la Mémoire et la Communion, avec tous ceux qui nous entourent et ceux habitent notre coeur, sans limite, au-delà de la mort et de notre vie terrestre. Mémoire et Espérance!

Pour signifier autrement ce que nous appelons la communion des Saints « communion des saints » :

Rituel de la lumière: 3 bougies

  •  Une rouge pour les personnes décédées, que nous portons dans notre coeur, une bougie pour nous tourner vers le passé.
  •   Une bleue pour le présent: elle est pour les autres résidents et pour le personnel soignant qui s’occupe d’eux, pour les familles qui ne peuvent être présents avec nous.
  •   Une verte, c’est la bougie de l’avenir: celle qui est allumée pour toutes les rencontres à venir, pour les personnes à naître aussi.

Que notre cœur, notre être se tourne maintenant vers Celui qui accueille et qui porte avec nous notre peine et notre souffrance.

Nous prions :

Seigneur,
Nous voici devant toi avec tout ce qui nous habite et qui se bouscule en nous. Nos larmes, nos joies, nos peines… Nous voulons être simplement là en confiance devant toi, avec nos fragilités, nos doutes nos questions et nos espoirs.
Apprends-nous le chemin vers la lumière, en croyant que demain sera différent d’aujourd’hui.
Toi qui es Chemin, donne-nous de croire qu’en toute impasse s’offre un passage.
Toi qui es Vérité, donnes-nous de croire que de toute errance, nous pouvons être sauvé.
Toi qui es Vie, donnes-nous de croire que de toute mort tu viens nous relever.
Oui, Seigneur fais-nous la grâce de nous ouvrir à la Vie.

De nous ouvrir à ta Parole qui redonne Vie.
Viens ouvrir nos cœurs meurtris, endoloris et endurcis, pour être maintenant disponible à ta Présence parmi nous.
Toi le Vivant à jamais.
 AMEN


Psaume
Texte laïc
Musique
Prière et texte biblique Jean 14, 1-7

Message
Musique

Tant de fois nous prononçons le nom de ceux que nous aimons. Tant de fois nous avons prononcé le nom de ceux qui nous ont quittés. Quand ils étaient encore là et après leur départ, dans les souvenirs partagés, dans l’intimité de notre mémoire et de notre cœur. Faire mémoire de ceux qui nous ont quittés, c’est aussi affirmer l’espérance qu’ils nous précèdent dans la maison du Père et que nous ne les oublions pas ! Ils vivent dans le cœur et la mémoire de Dieu autant que dans notre cœur et notre mémoire. Nous allons redire maintenant leur nom au milieu de nous, en allumant chaque fois un lumignon dans la conviction que ces noms ne résonnent pas dans le néant de l’absence, mais dans un amour plus fort que la mort.
Vous pouvez également : Nous avons prévu un livre du souvenir et imprimé les photos des personnes qui nous ont quitté afin de les déposer dans le livre par les familles qui le souhaitent.
Nous faisons dans la présence du Dieu qui donne et redonne la vie. Ensuite nous aurons encore un moment pour nommer dans le silence d’autres êtres chers qui nous ont quittés.

Musique douce, pendant que nous allumons les bougies par terre en disant les noms …
 

 Prière pour faire mémoire de ceux qui nous ont précédés

Notre Père, nous te disons :
Merci pour les vivants qui ont traversé la terre depuis l’aube des temps jusqu’à maintenant et qui lui ont donné sa marque humaine.
Merci pour les vivants qui ont traversé la terre et dont les paroles de pardon, les gestes d’amour et les actes de courage sont parvenus jusqu’à nous et nous ont permis de tenir debout dans l’existence.
Merci pour les vivants qui ont traversé la terre, éclairés par ton Évangile et qui par leur témoignage de vie nous ont révélé ton Visage.
Merci pour les vivants qui ont traversé notre vie en manifestant de la tendresse et de l’amour. Par leur présence et leur regard, ils nous ont fait naître à la vie de chaque jour.
Merci pour l’espérance que tu enracines en nous grâce à Jésus, le Vivant, qui ouvre un passage à travers toutes nos nuits et nos morts.
Merci de nous attendre après un long voyage en nous préparant une place dans ta Maison et en nous accueillant les bras grands ouverts.

Père, nous confions à ton amour et à ta tendresse toutes les personnes qui ont perdu un être cher.
Qu’ils puissent trouver auprès de toi et de ceux qui les entourent le réconfort et l’espérance que la mort n’a plus le dernier mot.
AMEN.

Et ensemble nous pouvons dire la prière qui nous rassemble tous comme fils et filles du Père: Notre Père qui es aux cieux…

Cantique  318: A Toi la gloire
Annonces

Bénédiction
Que l’espérance du ressuscité brille au plus noir de vos nuits et de vos détresses.
Que la paix du ressuscité vous accompagne aujourd’hui et pour toujours.
Que la vie du ressuscité vous tienne debout, fermes et confiants au long de vos jours.
Que le Dieu Père, Fils et Souffle Saint vous bénisse.

Amen

 

Pensée du jour

La mort en marche (Jean 10,31-42)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour