Terre Nouvelle (TN)

Les Églises réformées de langue française en Suisse ont donné ce nom à un service qui s’engage en faveur de l’échange, de l’entraide, de l’écologie et de la justice entre le Nord et le
Sud, entre l'Ouest et l’Est et de notre planète Terre Nouvelle est basée sur une attitude spirituelle personnelle et communautaire ouverte au monde et aux autres.

C’est aussi une vision d’Eglise qui favorise le partage au-delà des frontières paroissiales et cantonales. C’est un réseau qui permet de donner une visibilité à l’Eglise universelle.
Trois axes définissent notre mission :
1. Échange et mission
2. Entraide et solidarité
3. Politique de développement et prises de position

Pour développer leur vision Terre Nouvelle et se profiler sur le « marché » de l’humanitaire avec des compétences de professionnels, les Eglises de la Conférence des Eglises romandes
(CER) collaborent avec DM et EPER, 2 œuvres pour l'aide et le développement.
=> https://www.dmr.ch/
=> https://www.eper.ch

Terre Nouvelle, Entraide et développement 

Centre social protestant (CSP)

Les CSP sont issus de l’action sociale des Eglises protestantes romandes. Ils sont indépendants des services sociaux cantonaux et communaux. Leur objectif est de tout mettre en oeuvre pour atténuer les difficultés des personnes qui s’adressent à eux en offrant écoute, soutien, conseils et aide dans leurs démarches. Les CSP prennent régulièrement position face aux problèmes de notre société, dans le souci d’une plus grande justice sociale.

Les CSP de Genève (depuis 1954), Vaud (1961), Neuchâtel (1964) et Berne-Jura (1966) sont regroupés au sein de l’Association des Centres sociaux protestants (CSP.ch). Celle-ci permet de fédérer l’action sociale et de communication des CSP constitués indépendamment les uns des autres, avec des statuts juridiques et des modalités d’organisation et de fonctionnement différents, mais une mission, des objectifs et un état d’esprit similaires.
Les Centres sociaux protestants (CSP) sont des services privés d’aide sociale destinés aux personnes en difficulté vivant chez nous, sans distinction d’origine ni de confession. Ils offrent leur appui en toute discrétion, dans un climat d’écoute attentive et respectueuse. La plupart des consultations sont gratuites.
Le CSP Vaud offre des consultations et suivis dans les domaines juridique, social, couple et famille, jeunes, migration, mais aussi de la documentation, des actions de prévention et des formations pour d’autres professionnels.
Le CSP Vaud est ainsi un lieu où la diaconie de l’EERV s’exerce concrètement auprès de personnes en difficultés très diverses.
=> https://www.csp.ch

La Conférence des Eglises réformées romandes (CER)

Nous présentons la CER par la citation de quelques articles des statuts de 2012 (révision 2018).

Buts de la CER
La CER est une association qui a pour mission générale d’encourager le témoignage commun de l’Evangile et de faire rayonner la foi chrétienne réformée en Suisse francophone.
Pour remplir cette mission, la CER :

  • cherche, dans le respect des diversités, une unité toujours plus grande des Eglises
    membres ;
  • développe des synergies et favorise la collaboration entre les Eglises membres ;
  • des tâches communes que les Eglises membres ont décidé de lui confier.
  • l’Union synodale réformée évangélique Berne-Jura (USBJ) ;
  • l’Eglise évangélique réformée du canton de Fribourg (EERF) ;
  • l’Eglise protestante de Genève (EPG) ;
  • l’Eglise réformée évangélique du canton de Neuchâtel (EREN) ;
  • l’Eglise réformée évangélique du canton du Valais (EREV) ;
  • l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) ;
  • la Conférence des Eglises réformées de langue française en Suisse alémanique (CERFSA).

La CER est organisée en association avec une assemblée générale de conseillers synodaux représentant les Eglises membres, et un conseil exécutif de trois membres (aussi conseillers ou anciens conseillers synodaux dans leur Église respective).

Ressources

Les ressources financières de la CER sont constituées par les cotisations des Eglises membres selon une clef de répartition adoptée par l’Assemblée générale.


Départements

Pour accomplir les tâches communes qui lui sont confiées par les Eglises membres de manière permanente dans des domaines particuliers, la CER est dotée de 3 départements :

  • le département de la formation dédié notamment à la formation professionnelle aux ministères, et à la formation continue des ministres et des laïques ;
  • le département des médias dédié à une présence protestante dans les médias TV, radio, presse, internet.
  • le département d’édition dédié à l’édition de matériel et de publications utiles aux Eglises.

Liens avec l’EERV

L’EERV est membre de la CER. 
Les statuts ont été ratifiés par le Synode vaudois en novembre 2012. Par ailleurs, le Conseil synodal soumet au Synode, toutes les questions de fond qui sont de sa compétence.

Lien vers la page de la CER/


Journal Réformés

Dès fin octobre 2016, les Eglises romandes ont leur journal: Réformés
 Réformés est un journal indépendant financé par les Eglises réformées suisses des cantons de Vaud, Neuchâtel, Genève, Berne et Jura. Soucieux des particularités régionales romandes, ce mensuel présente un regard protestant ouvert aux enjeux contemporains. Fidèle à l'Evangile, il s'adresse à la part spirituelle de tout être humain.

La structure juridique retenue est une Société à responsabilité limitée dont le nom complet est CER Médias Réformés Sàrl.
Le conseil de gérance est constitué de Jean Biondina (président), Olivier Leuenberger, Pierre Bonanomi et Philippe Paroz (mars 2024).
Les Eglises romandes délèguent des membres à l’Assemblée générale de la Sàrl. Pour l’EERV, le Synode élit 5 délégués et le CS en désigne 5 autres.

Lien vers le site https://www.reformes.ch/

L’Eglise évangélique réformée de Suisse (EERS)

Fondée le 7 septembre 1920 à Olten comme Fédération des Eglises protestantes de Suisse, l’Eglise évangélique réformée de Suisse, rassemble 24 Eglises protestantes cantonales ainsi que l’Eglise méthodiste, représentant environ deux millions de protestantes et protestants en Suisse. 
Voir son développement historique, sur le site de l’EERS

Site de l’EERS : www.evref.ch

 


Dotée d’une nouvelle Constitution en 2020, qui renforce la dimension de l’être Eglise ensemble et étend les mécanismes de concertation et de soutien mutuel entre Eglises, l’EERS défend les
intérêts communs de ses membres et les représente au niveau national et international. Ainsi, sur le plan international, l’EERS représente ses membres auprès de la Communion mondiale des Eglises réformées (CMER, 230 Eglises dans 108 pays), de la Communion d’Eglises protestantes en Europe (CEPE, 107 Eglises dans 50 pays), de la Conférence des Eglises européennes (KEK, 120 Eglises orthodoxes, anglicanes, protestantes et catholiques chrétiennes dans toute l’Europe) et du Conseil oecuménique des Eglises (COE, 352 Eglises dans 120 pays, représentant quelque 580 millions de chrétiens dans le monde).

Au plan national, l’EERS entretient des relations avec les diverses communautés chrétiennes, dont l’Eglise catholique romaine (Conférence des évêques), catholique chrétienne, ainsi qu’avec les communautés israélites et musulmanes. Sur le plan politique, elle est notamment l’interlocutrice des autorités fédérales, de l’armée (aumôniers militaires) ou d’autres instances officielles.

L’EERS connaît une direction synodale, collégiale et personnelle, par l’intermédiaire du Synode, l’organe suprême de l’EERS, du Conseil et de la présidente ou du président. Le Synode, qui se réunit en sessions ordinaires au printemps et en automne, est constitué par les délégués désignés par les Eglises membres, pour un mandat dont la durée est définie par ces dernières. Le nombre de délégués par Eglise est déterminé par le nombre de ses membres, selon les statistiques officielles ; ce nombre peut changer avec le temps. Pour la législature 2023-2026, l’EERV y délègue trois membres élus par le Synode de l’EERV et deux délégués par le Conseil synodal, dont sa présidente. Le Synode établit trois commissions permanentes : commission de nomination, commission d’examen de la gestion, commission pour les synodes de réflexion. Trois conférences sont observatrices au Synode et peuvent y prendre la parole : Diaconie Suisse, Femmes et Genres, Solidarité Protestante Suisse.

Le Conseil est l’organe directeur et exécutif de l’EERS. Il est composé de sept membres, dont le président ou la présidente de l’EERS, qui sont élus par le Synode, ce dernier veillant à une représentation équilibrée des ministres consacrés, de laïques, des sexes ainsi que des régions linguistiques.

L’article 8 de la Constitution de l’EERS reconnaît Mission 21 et DM – dynamique dans l’échange comme ses œuvres missionnaires en Suisse ; une Conférence de coordination entre les organisation missionnaires et l’EERS a été établie en 2011 ; un membre du Conseil y représente l’EERS. La Constitution reconnaît également l’EPER, Entraide protestante suisse, comme une fondation de l’EERS (un membre du Conseil siège dans le Conseil de fondation de cette oeuvre, qui, sous sa forme actuelle, est le produit de la fusion, en novembre 2021, de l’EPER et de Pain Pour le Prochain).

Le président ou la présidente de l’EERS, élu·e par le Synode représente l’EERS dans la sphère publique et veille à promouvoir la communion entre Eglises membres. Depuis le 1er janvier 2021 la pasteure Rita Famos est la présidente de l’EERS.
Les présidentes et les présidents des Eglises membres font partie d’une Conférence des présidences d’Eglises, assumant une responsabilité de coordination et de conseil auprès de la présidence ou du Conseil de l’EERS. Les organes de l’EERS ainsi que les Eglises membres sont assistés par la chancellerie, sous la direction de Hella Hoppe, qui regroupe au Sulgenauweg 26, Berne, une série de services :
Théologie et éthique, Relation avec les Eglises, Relations extérieures, Communication, Services centraux (dont accueil et finances).

Pensée du jour

De la puissance à la richesse (Actes 3,1-10)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour