"En toi j'ai mis toute ma joie"

Lecture de Luc 3 : le baptême de Jésus 

15Le peuple attendait, plein d'espoir : chacun pensait que Jean était peut-être le Christ. 16Jean leur dit alors à tous : « Moi, je vous baptise dans l'eau ; mais celui qui vient est plus fort que moi : je ne suis pas digne de délier la lanière de ses sandales. Il vous baptisera dans l'Esprit saint et dans le feu. 

(…)

21Alors que tout le peuple était baptisé, Jésus fut aussi baptisé ; et pendant qu'il priait, le ciel s'ouvrit. 22L'Esprit saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix se fit entendre des cieux : « Tu es mon fils bien-aimé ; en toi je trouve toute ma joie. »

Prédication : « Je mets en toi toute ma joie » 

Version audio ici: https://anchor.fm/benjamin903/episodes/Prdication-du-16-janvier-2022-En-toi-je-mets-toute-ma-joie-e1du10j

Chers frères et sœurs en Christ,

Bonne année (image1) ! Ou comme dirait le Chat de Geluck qui m’est cher : Bonne à nez(image2) ! Ben oui, selon la tradition, c’est comme la vignette autoroutière, on a jusqu’au 31 janvier pour se souhaiter la bonne année. Et même si nous nous sommes vus pour certains le 2 janvier, ce n’est pas le cas pour tous. Alors : Bonne année à tous ! J’espère que vous avez bien passé le cap, que vous avez envoyé et reçu beaucoup de cartes de vœux qui vous ont procuré de la joie, comme dans cette BD (image3a):

  • Regarde, j’ai dessiné une carte de vœux, dit l’un.
  • Elle est nulle, ta carte, y a qu’une tache noire, répond l’autre.
  • Appuie ton doigt dessus.
  • Comme ça ? (image3b)
  • BONNE ANNEE ! C’est une carte sonore !

Oui pour cette année qui s’ouvre, 2022, je vous souhaite… tout ce que vous souhaitez qu’on vous souhaite (image4), mais en mieux !  Bon, en ces temps Covidiens, pas si simple de se souhaiter des vœux. Certains auraient même tendance à raccourcir la temporalité… et commencer par se souhaiter une bonne semaine (image5)! Bon.

Au-delà des vœux, êtes-vous de ces gens qui prennent comme on dit de « bonnes résolutions » ? Un peu comme celles-ci trouvées chez un ami sur internet(image6). Par exemple le 1 : en 2015 perdre 10 kg, en 2017 5kg, en 2021 2kg, en 2022 1kg… Chaque année, on revoit les résolutions à la baisse…

Plus sérieusement, c’est vrai, c’est le début de l’année, comme un renouveau. D’ailleurs ça tombe bien, depuis dimanche dernier nous sommes dans le temps liturgique ordinaire. Nous avons vécu l’Avent, Noël et l’épiphanie, tous cela en période COVID (image7). Et désormais commence l’après, avec les dimanches dit « ordinaires ». Nous avons rangé les décorations et les crèches. Les festivités sont finies et nous retournons, chacune et chacun, à nos vies ordinaires (d’ailleurs lundi nous avons vécu la rentrée avec son lot de soucis, plus ou moins ordinaires). Comme un départ, ordinaire, mais que l’on peut voir toujours comme un nouveau départ (image8).

Et ce n’est pas un hasard si nous retrouvons au début du TO le baptême de Jésus comme texte d’Evangile. Jésus a 30 ans. Il est à l’aube d’un nouveau départ, lui aussi. A l’aube de son ministère. Mais avant de partir en mission divine, annoncer l’Evangile en paroles et en actes, le Christ passe par ce rituel fort qu’est le baptême. Au fond, tout commence avec le baptême (image 9).

Dans ce texte, 3 éléments m’ont touché et j’avais envie de vous les partager. Le premier, c’est le « aussi ». 21Après que tout le monde eut été baptisé, Jésus fut aussi baptisé. Aussi. A l’instar du peuple entier qui s’était déjà fait baptisé par Jean le Baptiste. Aussi baptisé, en frère, pleinement humain. Quand Jean le Baptiste annonçait au verset 16 que celui qui vient est plus grand que moi, ou « plus puissant que moi », on imaginerait ça (image 9b). Mais le Christ, loin de se montrer comme le Dieu puissant et balèze de nos imaginaires, se révèle comme un Dieu proche, humain, qui s’abaisse. (un temps) Oui le Dieu de Jésus Christ se fait proche de moi, est-ce que moi aussi dans mon quotidien, dans mon temps ordinaire, je me fais proche de lui ?

Alors, Dieu parle à son Fils, avez-vous remarqué à quel moment cela arrive ? C’est mon 2eélément. Pendant qu'il priait (Littéralement « étant en prière »), le ciel s'ouvrit. Luc est le seul évangéliste qui mentionne la prière de Jésus lors de son baptême. Intéressant. C’est bien la profondeur de Jésus qui a ouvert les écluses du ciel, c’est son lien avec le Père gardé fort et vivant. Et le Ciel qui s’ouvre comme un geste de tendresse enveloppante de la part du Père, comme une bénédiction, avec ce symbole d’espérance qu’est la colombe. Comment ne pas penser au déluge et à Noé ? Comme une colombe pour un nouveau départ. (un temps) Oui la prière est ce moment décisif où les cieux peuvent s’ouvrir et où Dieu nous parle, nous encourage, nous porte. Pour Martin Luther King, c’est la respiration de nos vies. Est-ce que j’arrive toujours à mettre la prière au centre pour entendre ce que Dieu le Père désire me dire ?

3e élément : « Tu es mon Fils bien-aimé ; je mets en toi toute ma joie. » Dieu n’est pas un souverain impassible, mais c’est un Dieu qui a des sentiments. Un Dieu Père, avant tout, un Dieu qui aime. Dans la pléthore de traductions de la seconde partie du verset, j’ai d’ailleurs trouvé celle-ci : « C’est toi mon Fils : moi aujourd’hui je t’ai engendré ». Oui par le baptême, le Dieu Père nous engendre à nouveau. Il nous rappelle sa paternité. Et ce qu’il dit à Jésus, il le dit à chacun de nous : C’est toi, mon fils, ma fille bien aimée. Et nous pouvons nous répéter cette parole et nous en imprégner quand nous avons des doutes et nous perdons confiance. Oui vraiment, nous pouvons compter sur l’amour inconditionnel de Dieu notre Père.

Mais plus encore, Dieu dit au Christ, notre frère en humanité, donc à nous aussi, qu’en Lui il trouve toute sa joie. Dieu met sa joie en chacun de nous. Et nous lui en donnons, de la joie. Même si bien souvent nous pensons que nous n’en valons pas la peine, que nous ne sommes pas à la hauteur, nous lui en donnons, de la joie ! Comme l’enfant donne de la joie à son Père quand il grandit, évolue, passe les étapes de vie. (un temps) Dieu me dit qu’en moi, son fils sa fille bien aimé-e, il trouve de la joie, comment cela résonne en moi ?

De ce texte, je retiens donc 3 éléments :

  • un Christ frère en humanité
  • la prière comme lieu de révélation divine
  • un Dieu Père à qui nous donnons de la joie.

Au fond, ce texte nous montre combien le baptême est un nouvel engendrement, une nouvelle naissance, comme certaines icones nous les montrent (image 9b), nous rappelant que Dieu est notre Père, qu’il nous aime, et que nous lui procurons de la joie. Comment donnons-nous de la joie à Dieu ? qu’est-ce qui donne de la joie à Dieu dans ma vie ? Bonne question à méditer... C’est la bonne nouvelle du jour, chers frères et sœurs, aussi avec notre Eglise naissante (image 10), Dieu est dans la joie de voir nos projets. Aussi dans ma vie, personnelle et fraternelle, je lui donne de la joie. Aussi dans mon cheminement, parfois chaotique, parfois joyeux, je lui donne de la joie.

Oui, le baptême, c’est un commencement. Ou un recommencement. Et nous pourrions prendre un instant pour nous souvenir de notre propre baptême ainsi que de notre propre confirmation. Et si, ce matin, je renouvelais mon engagement de baptême ? Comme un début d’année. Comme le premier jour du reste de ma vie (image 11). Qu’est-ce que ce je veux en faire ?

Bien sûr, je suis fragile, comme un vase d’argile. Bien sûr, j’ai de nombreuses fêlures. Mais ce que je porte en moi, c’est l’Evangile. C’est un trésor. C’est la lumière. Rappelons-nous de cette phrase de Michel Audiard : « Heureux les fêlés, ils laisseront passer la lumière » (image 12).

La bonne nouvelle de ce matin, chers frères et sœurs, c’est donc qu’à l’aube de cette nouvelle année 2022, Dieu nous rappelle qu’il nous aime et que notre témoignage, même fragile, lui donne de la joie. Beaucoup de joie. Quelle bonne nouvelle, source de confiance et d’espérance !

Alors oui, pour cette année 2022, quelles « résolutions »(image13) voulons-nous prendre (ou pas) ? Peut-être commencer par prendre conscience que par ce que nous faisons, nos engagements, nos projets, nous donnons de la joie à Dieu. Et peut-être aussi, pourquoi pas, essayer d’en donner un maximum, de la joie. Essayer de la cultiver, la joie. La partager, la joie. Comme un envoi en mission pour partager la joie de l’Evangile (image14). Et si on essayait d’annoncer l’Evangile avec le sourire ?

Oui mon voeux pour 2022, c’est que l’Eglise MLK Lausanne puisse continuer à donner de la joie à Dieu. Et à d’autres frères et sœurs, bien sûr. A la base de ce rêve, de ce projet, il y a ce chant. Comme un appel pour moi à donner de la joie. Regardez, voici 1’07’’ de sourires et de joie (pour moi).

VIDEO

Oui pour moi aussi, Jésus c’est, le chemin, la vérité et la vie. Le suivre, dans la joie, voilà ma résolution pour 2022. Et vous 
Amen.

Pensée du jour

Le temps de la consultation divine (1 Chroniques 14,1-17)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour