La paroisse Saint-Jean

compte trois lieux de culte.


Le temple de le Croix d'Ouchy

    Localiser "La Croix d'Ouchy" sur une carte

Lausanne a été longtemps une vaste paroisse de confession réformée.
Elle possédait deux lieux de culte historiques, la Cathédrale et Saint-François. Au début du XIXe siècle, les protestants du bas de la ville, qui est en plein essor, souhaitent raccourcir le chemin qui conduit aux services religieux. Une souscription est lancée pour la construction de l’église de la Croix d’Ouchy, largement soutenue par les nombreux Anglais qui habitent ce quartier encore bucolique et qui espèrent trouver ainsi un lieu pour leurs célébrations. Les travaux commencent en août 1839.
Le 6 novembre 1840, l’architecte Wenger remet les clés à la Municipalité et l’inauguration est fixée au 15. Dès cette date un culte anglican est célébré à la Croix d’Ouchy, le dimanche à 11h30, après le culte réformé qui a lieu à 10h.
La communauté anglicane a construit ensuite son propre lieu de culte en 1878.

Le bâtiment appartient à la tradition locale, par son clocheton intégré au corps du bâtiment, typique des architectes lausannois du XIXe siècle.

En 1958, se crée la paroisse de Montriond qui fut dès lors séparée de celle de la Croix d’Ouchy.

Actuellement, les anciennes paroisse de Montriond et de la Croix d'Ouchy sont regroupées avec celle de Saint-Jean.

  • Localisation: église de la Croix d’Ouchy, avenue d’Ouchy 45, 1006 Lausanne
  • Accès: bus TL à proximité: bus 2 (arrêt Croix d’Ouchy), bus 25 (arrêt Délices) ou métro M2 (arrêt Délices). Horaires

Le temple de Montriond

  Localiser "Montriond"

Il a été construit sur l’emplacement des ateliers de la maison Savary Bâches, grâce aux fonds versés, par les habitants du quartier, à l’Association pour la construction du temple de Montriond. Les travaux ont été confiés à l’architecte Cahen. La première pierre a été posée le 9 juin 1963 et l’église est consacrée l’année suivante. Elle peut accueillir 300 personnes.

Les trois cloches, hissées par les enfants de la paroisse, sont

  • Désirée et Amour en fa,
  • Persévérance et Grâce en la bémol, et
  • Victoire et Paix en si bémol.

En 1963 aussi, la bibliothèque municipale s’installe sous le temple.
Les orgues ont été inaugurées en 1967.

Depuis 1995, l’Eglise orthodoxe des Saints roumains occupe des locaux au sous-sol et y célèbre ses services religieux.


Le temple de Saint-Jean à Cour

      Localiser "Saint-Jean à Cour"

Elle est exceptionnelle par l’histoire de sa construction, son architecture, son décor, son mobilier. C’est une entreprise collective, due au pasteur Jules Amiguet, à la donatrice Marguerite de Loÿs-Chandieu et au peintre Louis Rivier qui a conçu et réalisé la fresque. Le docteur Albert Schweitzer a dessiné le plan des orgues.

L’église a été dédicacée le 26 septembre 1915. On y célèbre depuis sa fondation un culte dont la liturgie est particulièrement soignée et où, selon le vœu de Calvin, la Cène retrouve tous les dimanches sa place à côté de la prédication.

Le bâtiment lui-même s’inspire des petites basiliques romaines. Sur les vitraux, conçus par Louis Rivier, les anges chantent la gloire de Dieu. Dans l’abside décorée par Louis Rivier, on peut admirer une représentation de la Trinité. Aux pieds du Christ crucifié, soutenu par le Père et au-dessus de qui vole la colombe de l’Esprit, Jean le Précurseur, Jean l’Apôtre et la Vierge Marie. A droite, des personnages de l’Ancien Testament, à gauche, les Evangélistes, l’apôtre Paul, les Réformateurs et des croyants des siècles passés. Au-dessus d’eux des dizaines d’anges célèbrent le salut en Jésus Christ. Ainsi le décor est en harmonie avec la vocation que le pasteur Amiguet et la donatrice ont donné à cette église vouée à la louange.

 

 

Pensée du jour

Un roi modèle (2 Chroniques 36,22-23)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour