“Chacun doit ramasser ce qui lui est nécessaire”

Découvrir le récit biblique

Animations ludiques en famille

Des idées pour méditer

Des pistes pour comprendre

Fil rouge

Le désert

Le désert semble être un lieu vide, sans vie : qui pourrait survivre dans cet enfer de sable et de chaleur, sans eau ? Pourtant, même cette “nature morte” fait partie de la Création et certaines espèces ont réussi à s'adapter à ce milieu hostile : serpent, scorpion, fennec, dromadaire… 

Dans la Bible, de nombreux personnages ont vécu l'expérience du désert : Agar et Ismaël, David, Osée, Ezéchiel, Jean-Baptiste, Jésus, et bien sûr Moïse et le peuple hébreu. Ces marches dans le désert conduisent toujours d'une forme d'esclavage à la liberté. Le désert se traverse : celui qui y entre n'est pas destiné à y rester. Dépouillement, marche, méditation, épreuve, choix sont les éléments de ce voyage qui conduit vers soi-même et vers Dieu. Dans le dénuement du désert, il n'est plus possible de jouer à cache-cache : l'être humain se voit tel qu'il est. Il peut prendre conscience que sa vie se reçoit entièrement de Dieu et entrer dans une relation authentique avec lui. Car Dieu n'abandonne pas ceux qui marchent au désert : il prend soin sans cesse ; il protège, désaltère, nourrit. Il guide, oriente la (dé)marche, permet le passage vers la terre promise.  

Le scarabée bousier

Le bousier est un scarabée coprophage, c'est-à-dire qu'il se nourrit d'excréments. Il passe toute sa vie dans le lisier : il y naît, s'en nourrit, s'y reproduit. 

Cet animal surprenant joue un rôle écologique de premier plan. Sans lui, nous serions ensevelis sous les déjections des autres animaux. Le bousier défait les crottes en confectionnant une boule, bien plus grosse que lui, qu'il fait rouler à l'aide de ses pattes arrière. Il avance à reculons, la tête en bas ! Ce transport nécessite une force considérable : il est capable de déplacer plus de 1'100 fois son poids. C'est l'insecte le plus fort du monde ! 
Que fait-il de sa boule ? Il va l'enterrer pour en faire à la fois sa garde-manger et sa nurserie. Cette manœuvre permettre par la même occasion d'enfouir les graines et autres nutriments présents dans les déjections. Notre petite bête permet donc la dissémination de semences et la fertilisation du sol. 

Ce rôle essentiel avait semble-t-il déjà été compris par les Egyptiens de l'Antiquité : pour eux le bousier était un symbole de transformation et de résurrection. 

Pensée du jour

Résilience (Genèse 35,16-21 et 27-29)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour