Une invitation à remonter le temps

Samedi 9 septembre, le temple de Chardonne fêtera son 600ème anniversaire.

Au programme des festivités:

  • Des ateliers de poterie, vannerie et taille de pierre et autres artisanats ainsi que des contes seront proposés aux petits et grands au coeur du village de Chardonne.Le souhait du comité d'organisation est de réunir la communauté villageoise autour de l’église, en proposant des activités conviviales, simples et gratuites.
  • Une partie officielle poncturera la fin d’après-midi et sera également l’occasion d’inaugurer l’église fraîchement rénovée. Un apéritif offert suivra, puis un bal traditionnel se tiendra en plein air pour clôturer les festivités.

Un peu d'histoire.....
L’histoire de l’église de Chardonne remonte à 1419. A cette époque, Chardonne et Jongny font partie de la paroisse de Corsier, leurs habitantes et habitants se rendent ainsi à la messe dans le village de Corsier. Puis, en 1419, des notables de Chardonne offrent un terrain pour y construire une chapelle. Les raisons qui ont motivé ce don ne sont pas connues mais nous avons un indice : à cette période, l’église de Corsier est frappée d’interdit.  Cela signifie que les célébrations ont été réduites au strict minimum. Cet interdit est donc peut-être à l’origine de ce legs. » Si le don se confirme en 1421, l’église, elle, n’est pas encore construite. La date se sa construction se situe entre 1422 et 1423.

Une fresque cachée
Depuis son édification, l’église a subi moult rénovations. La raison ? L’humidité récurrente. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’église vient à nouveau d’être complètement rafraîchie.1747 marque une des grandes transformations avec l’agrandissement de la nef. Seuls le chœur et la tour du clocher sont d’origine.  Lors de la rénovation de 2000, une surprise de taille attend les restaurateurs : une fresque montrant les quatre évangélistes dans le chœur est découverte. A l’arrivée des réformateurs bernois en 1536, la fresque a été dissimulée au nom de la sobriété des lieux de culte. L’œuvre a donc été bel et bien cachée de 1536 à 2000. Sa découverte dans le temple de Chardonne a été plutôt inattendue. Le travail de restauration a été délicat mais récompensé car le lion de Saint-Marc, le taureau de Saint-Luc et une partie de l’ange de Saint-Mathieu sont nettement visibles.

Voir flyer

Pensée du jour

Singulier combat (Genèse 32,23-33)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour