Sortir de nos impasses pour trouver un passage ou comment passer du dédale au labyrinthe.

Pâques est par excellence une fête de lumière et d’espérance. La victoire de la lumière sur l’obscurité, de l’espérance sur le désespoir et de la vie sur la mort. Mais il est impossible de célébrer Pâques sans Vendredi-Saint, de trouver la lumière sans passer à travers nos obscurités, de retrouver le courage et l’espérance sans passer par le doute et le découragement et de revivre sans souffrir et traverser nos deuils.
L’élément clé de Pâques est la notion de passage. Tout passage suppose qu’il y avait un avant et qu’il y aura un après. Et que l’après n’est pas semblable à ce qu’il y avait auparavant. La vie n’est pas un éternel retour mais un processus de changement et de transformation. 
Venir au monde, comme quitter ce monde marque les deux passages fondamentaux de toute vie. Mais entre les deux, nous avons beaucoup d’autres passages à vivre et traverser.
Le contraire du passage est l’impasse. Et Dieu sait si nous faisons aujourd’hui l’expérience de nombreuses impasses autant personnelles que collectives. Le symbole du labyrinthe peut nous aider à comprendre que toute impasse offre un passage. Même s’il comporte de nombreux détours et retours sur soi, le passage qui s’offre au travers du labyrinthe a quelque chose de matriciel qui nous pousse et nous encourage à trouver une issue.
Contrairement au dédale, conçu volontairement pour égarer celui qui s’y aventure, le labyrinthe a pour vertu de renforcer la conviction que le but est atteignable au fur et à mesure du cheminement. 
Le labyrinthe est un symbole spirituel très ancien. La particularité de celui qui vous est proposé à Bursins durant la semaine qui suit Pâques est d’offrir un tracé éclairé par plus de 400 bougies qui effectue des méandres autour d’une croix.
Le parcours du labyrinthe peut représenter l’itinéraire de notre vie humaine, avec ses étapes, ses revirements et ses tâtonnements. La lueur des bougies rappelle la présence de Dieu tout au long de notre existence malgré nos détours et nos errances. La croix peut symboliser les passages qui se présentent à nous et qui peuvent être portés à la lumière du Christ. La progression s’effectue lentement portée par une musique douce en marquant des arrêts pour méditer une courte parole ou un verset. 
De nombreuses personnes témoignent avoir vécu un moment apaisant et lumineux dans le passage du labyrinthe. Certaines ressortent émues comme si elles avaient perçu quelque chose d’indicible. D’autres encore sont touchées par une parole accueillie dans le silence qui leur donne une nouvelle direction. Quoiqu’il en soit, nous ne pouvons que vous encourager à vivre cette expérience de la traversée du labyrinthe en prenant tout votre temps.

Labyrinthe de lumière de Pâques
Du dimanche 31 mars au vendredi 5 avril tous les soirs de 18h à 21h dans le cadre insolite de la Maison Forte. Cet édifice est proche de l’église clunisienne de Bursins et parallèle à la cure au chemin de Vinzel 1. 
Aucune inscription n’est nécessaire. La démarche est déconseillée aux personnes malvoyantes ou à mobilité réduite.
Renseignements :

 

Pensée du jour

Genèse 46,28-47,6

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour