Jésus encourage l'ouverture sur les autres

Le racisme est-il évoqué dans la Bible ? Jésus parle-t-il de cela ?

Marc Pernot, pasteur, nous livre sa réponse : 

" … A propos du racisme et de l’homophobie, je pense que l’on pourrait travailler par exemple à partir de ce que l’apôtre Paul dit de l’humanité comme comme corps du Christ avec son unité et la diversité des membres, unis par l’Esprit et par la compassion entre les membres, et la difficulté à se sentir soi-même digne d’être membre de ce corps au même titre que les autres. Et personne ne peut dire à un membre différent “je n’ai pas besoin de toi”. Ce passage s’exprime au sens figuré, et il s’applique ainsi à bien des situations selon ce que l’Esprit nous dira. Cela s’applique à mon avis tout aussi bien à propos du racisme, de l’homophobie, du machisme, du mépris de classe, du jeunisme. Et c’est ainsi que ce genre de textes est extrêmement utile pour travailler sur nous-même. Savoir où nous en sommes, et de quelle préjugé nous aurions bien besoin d’être libéré, avec l’aide de Dieu.

Comme vous le dites, l’attitude du Christ et ses paroles offrent bien des pistes pour encourager à l’ouverture sur les autres. En particulier quand il encourage à aimer notre prochain comme nous-même (alors que par définition même, notre prochain est toute créature de Dieu, cela impose de considérer que toute personne de la planète est mon prochain). La parole et l’Esprit est donné pour toute personne. Et les premières pages de la Bible, comme le “Notre Père” de Jésus affirment haut et fort que nous sommes tous frères et sœurs, et en humanité, et comme enfant de Dieu. Jésus acclame fortement la foi d’un centurion romain même pas monothéiste, mange chez toutes sortes de personnes… Donc, oui, ce qu’a dit et vécu Jésus est très inspirant pour vivre en étant nous même plus juste. Je le pense sincèrement…." (extrait de Jecherchedieu.ch)


Une réponse surprenante au racisme


"La rencontre de Pierre et de Corneille est un sommet du livre des Actes. Luc a rédigé ce récit avec un soin tout particulier, pour en faire saisir l’énorme signification théologique à ses lecteurs et lectrices. C’est à ce moment en effet que les conséquences ultimes de la venue de Jésus sont tirées : les chrétiens reçoivent de Dieu non seulement l’autorisation, mais l’impulsion à ouvrir l’alliance du salut aux non-juifs. Cette décision est tellement bouleversante que Pierre ne l’acceptera pas du premier coup. Nous verrons que, plutôt de convertir Corneille le païen, c’est l’apôtre que Dieu devra s’employer à convertir à cette idée. Ac 10–11 montre comment Dieu, puissamment, va amener les siens à consentir à ce grand tournant dans l’histoire du salut ; il recourt aux moyens spéciaux que sont la vision et l’extase, mais il utilise aussi, pour parvenir à ses fins, l’intelligence théologique de Pierre…" (Pierre Marguerat)


Réfléchir par l'humour

"Ma femme est pasteure" nous montre une attitude raciste et ce qu'elle provoque (saison 2, épisode 1 - Le xénophobe).

 

Pensée du jour

Dans le monde, pas du monde (Genèse 19,30-38)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour