Les couleurs de Noël

"Noël est maintenant tout proche. Un de plus dans nos parcours de vie… et nous prenons conscience du temps qui passe, des années qui s’ajoutent aux années. Mais, quel que soit notre âge, Noël garde un parfum d’enfance qui s’émerveille. Dans nos cœurs vieillis, assaillis par les sirènes de la consommation et par l’éclat des illuminations factices, il reste un espace qui continue à respirer la douceur d’une fête bienfaisante.

Une mélodie qui parle au cœur, le scintillement d’une bougie, la fragrance d’une mandarine, des yeux qui brillent et nous retrouvons la saveur d’une vie aimée de Dieu : par un nouveau-né, la tendresse de Dieu s’offre à nous dans la précarité d’une mangeoire. A Noël, elle vient « éclairer ceux qui se trouvent dans la nuit et l’ombre de la mort, diriger nos pas sur le chemin de la paix » (Luc 1.79)

En ces jours qui nous conduisent au cœur de ce mystère, nous aimerions vous adresser nos meilleures pensées : que, dans cette période troublée, la lumière et la douceur de Noël vous réconfortent et fortifient votre confiance pour entrer dans la nouvelle année.

Que le Dieu de la paix vous donne de vivre en paix avec tous ceux et celles qui vous sont chers."

Le conseil paroissial de Saint-Jean.                                          


Et voici une méditation poétique qui accompagne l’image de la crèche créée pour la paroisse par Ophélia Fonjallaz :

Le Secret

Dans le secret de l’aurore résonnent les pleurs du nouveau-né, réveillant tous ses hôtes dans la paisible demeure de paille et vieux bois érigé.

C’est d’abord la famille moineaux qui s’agite en piaillant, voletant autour de Marie, la mère, comme pour lui dire : “ Ton enfant il faut peut-être le nourrir “.

Au fond de l’étable embaumant l’atmosphère, la vache Adèle dévisage avec tendresse Joseph, le père, de ses grands yeux couleur noisette, en ruminant… “ Et lui ne peut donc rien y faire ? “

Arrive le tour de Platero l’âne argenté, arrivé d’Espagne en début de l’année, en bondissant il verse ses longues oreilles cotonnées, pour consoler et distraire les mains du petit Emmanuel.

De ses quatre-vingt-dix ans le chat Zidane a de la peine, lui qui rêvait de poursuite souricière, mais quand même pour faire sourire le Mignon, il se lève lui chatouiller le bout de ses pieds rosés.

Et voici un cortège : quelques mulots courageux apportant sur leur dos des figues bleues pour les parents, gouttelant de miel, quel délice !  “ Que rien ne se perde “ siffle le cadet, en soulevant leurs museaux ils deviennent tout heureux.

Dans la cabane la lumière pourpre du matin se fond au parfum de rose et jasmin, se répandant dans le moindre recoin, et une musique douce se révèle avec le tintement du va et vient des brebis joyeuses.

Oh ciel ! « Notre petit Jésus est aux anges ». En bénissant de son regard éblouissant tous ses êtres nobles et amusants, “ Vous êtes les premiers témoins du Mystère Divin “.

Entre la bonté et la beauté il y a la paix, la paix que notre prince trouve dans le sein aimant de Marie, sa douce mère.

                                                                                                                                                              Cormoran