Comme chacun·e le sait, la fête de Pâques n'est pas une date fixe dans le calendrier!

Hormis des considérations scientifiques relatives à la manière de fixer la date, année après année, il est intéressant pour la vie quotidienne individuelle et communautaire que ce soit une fête dont la date soit mobile. En effet, ce mot, «mobile», évoque mouvement, dynamique, vie et pourquoi pas Vie!

Fermons les yeux et laissons monter les images suscitées par le terme de Pâques: lumière, tombeau vide, pierre roulée, etc… Et pour ma vie, qu’évoque-t-il?

Laissons chanter en nous le mot de résurrection: ressuscité ! Lorsque nous y pensons, bien sûr, il y a, traditionnellement le printemps avec ses bourgeons, les oiseaux qui chantent de bon matin, la douce lumière matinale… Et en moi? Et en nous?

Le dictionnaire indique les définitions suivantes pour ressusciter: faire naître, éveiller, évoquer, soulever, produire… Nous pourrions aller jusqu’à le décliner en «re-susciter». Alors comment, à chaque aurore je, nous, nous laissons nous «re-susciter», accueillons-nous cet élan comme viatique?

Il en va de notre responsabilité de recevoir, chaque matin du calendrier, cet éveil qui est à soigner, faute de quoi il passe inaperçu. Dit autrement, c'est s'émerveiller au quotidien de la Vie qui m'est, nous est, re-suscitée: Joyeuses Pâques!

Ces lignes, vous les lirez peut-être alors que les fêtes de Pâques du calendrier seront passées. Et bien tant mieux, puisque c'est une fête mobile!

Marianne Bahon,
présidente du Conseil régional


Retour aux actualités de la Région Lausanne - Epalinges
Pensée du jour

Conflit de valeurs (Genèse 25,27-34)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour