Trouvez ce que vous recherchez près de chez vous :

Dans un rayon de :

Lu dans «Réformés»

« Amazing Grace » est à l’origine l’œuvre autobiographique d’un marin esclavagiste. Une prière devenue hymne de rédemption et de salut par la grâce, mondialement connu. D’abord religieux et autobiographique en anglais, ce titre est aujourd’hui un incontournable du répertoire américain. La chanson figure parmi les plus enregistrées de l’histoire de la musique et sera même interprétée par Elvis Presley, Aretha Franklin, Ray Charles, Mahalia Jackson, Jessye Norman, Johnny Cash, Judy Collins, Willie Nelson ou Whitney Houston.

Comme de nombreux hymnes américains, les origines de « Amazing Grace » se trouvent en territoire britannique. Écrit à la fin du XVIIIe siècle, le texte est l’œuvre du poète et pasteur anglais John Newton (1725-1807). D’abord soldat dans la marine, il rejoint ensuite un navire esclavagiste en Sierra Leone puis un autre, nommé le « Greyhound », en direction de l’Angleterre. C’est alors, le 10 mars 1748, que frappe un violent orage qui laisse ensuite le navire à la merci de la mer. Après un mois à la dérive, le navire arrive par miracle en Irlande. Sain et sauf, John Newton, jusqu’alors extrêmement grossier, est désormais un homme changé, reconnaissant que Dieu accepte de sauver un misérable comme lui. Une prise de conscience qui ne l'empêche cependant pas de rester négrier pendant 6 ans avant de s’installer à Liverpool.

En 1764, il devient pasteur dans le village d’Olney, où il écrit des hymnes pour sa paroisse, dont « Amazing Grace » en 1772. D’abord intitulé « Faith's Review » and Expectation, le texte d'un sermon autobiographique parle de la rédemption et du salut de John Newton lui-même. En 1788, il dénonce publiquement la traite des Noirs. Il inspirera son compatriote William Wilberforce à lutter contre l’esclavagisme, menant à son interdiction en 1807. Peu avant sa mort, John Newton proclamera : « Ma mémoire est presque entièrement partie, mais je me souviens de deux choses : je suis un grand pécheur, et Christ est un grand Sauveur. » Psautier Alléluia 45/24.

Texte adapté et enrichi par Roger Puati

« Amazing Grace » ou l'histoire d'un retournement

« Amazing Grace » est à l’origine l’œuvre autobiographique d’un marin esclavagiste. Une prière devenue hymne de rédemption et de salut par la grâce, mondialement connu. D’abord religieux et autobiographique en anglais, ce titre est aujourd’hui un incontournable du répertoire américain. La chanson figure parmi les plus enregistrées de l’histoire de la musique et sera même interprétée par Elvis Presley, Aretha Franklin, Ray Charles, Mahalia Jackson, Jessye Norman, Johnny Cash, Judy Collins, Willie Nelson ou Whitney Houston.

Comme de nombreux hymnes américains, les origines de « Amazing Grace » se trouvent en territoire britannique. Écrit à la fin du XVIIIe siècle, le texte est l’œuvre du poète et pasteur anglais John Newton (1725-1807). D’abord soldat dans la marine, il rejoint ensuite un navire esclavagiste en Sierra Leone puis un autre, nommé le « Greyhound », en direction de l’Angleterre. C’est alors, le 10 mars 1748, que frappe un violent orage qui laisse ensuite le navire à la merci de la mer. Après un mois à la dérive, le navire arrive par miracle en Irlande. Sain et sauf, John Newton, jusqu’alors extrêmement grossier, est désormais un homme changé, reconnaissant que Dieu accepte de sauver un misérable comme lui. Une prise de conscience qui ne l'empêche cependant pas de rester négrier pendant 6 ans avant de s’installer à Liverpool.

En 1764, il devient pasteur dans le village d’Olney, où il écrit des hymnes pour sa paroisse, dont « Amazing Grace » en 1772. D’abord intitulé « Faith's Review » and Expectation, le texte d'un sermon autobiographique parle de la rédemption et du salut de John Newton lui-même. En 1788, il dénonce publiquement la traite des Noirs. Il inspirera son compatriote William Wilberforce à lutter contre l’esclavagisme, menant à son interdiction en 1807. Peu avant sa mort, John Newton proclamera : « Ma mémoire est presque entièrement partie, mais je me souviens de deux choses : je suis un grand pécheur, et Christ est un grand Sauveur. » Psautier Alléluia 45/24.

Texte adapté et enrichi par Roger Puati

Pensée du jour

Urgence d’une transformation (Luc 13,1-9)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour