Trouvez ce que vous recherchez près de chez vous :

Dans un rayon de :

AllôVie, ou comment faire une proposition 100% chrétienne le soir de Halloween! Emmanuel Schmied, diacre dans la paroisse de La Sallaz – Les Croisettes et pour Enfance et familles, à l'origine du projet lausannois, nous explique sa démarche, de A à Z!

AllôVie c’est quoi?

Emmanuel Schmied: L’idée de départ était de ne pas laisser une église de quartier fermée le soir d’Halloween, lorsque des enfants et familles passent en «quête de bonbons».

L’Église veut-elle profiter d'une fête païenne? 

D’abord, ce ne serait pas la première fois! Ensuite, il n’y a pas de profit, ni d’intention cachée mais le désir de rencontrer les enfants et leur famille là où ils sont, dans leurs réalités. Nous ne posons aucun jugement sur cette fête, ni sur les déguisements des enfants ou sur certains de leurs propos. Le but n’est pas la confrontation mais la rencontre, la surprise et le dialogue. Je pense que c’est ainsi que nous témoignons le mieux de la lumière de Jésus!

C’est quoi Halloween pour toi? 

C’est une découverte par mes enfants, il y a quelques années! Ils aimaient le soir d’Halloween car ils pouvaient sortir en soirée, lorsqu’il faisait déjà nuit. En plus, ils se déguisaient et bravaient certaines barrières (comme sonner aux portes d’inconnus). Ces groupes d’enfants (souvent suivit de loin par des parents) expérimentent en groupe la solidarité face aux peurs, l’inconnu, la joie d’être entre amis. 

Et AllôVie, offre-t-il la même chose?

Le concept propose aux enfants d’entrer dans une église, ce qui est pour la plupart aussi un monde inconnu! Par contre, nous transformons l’église en un univers pour les enfants. Nous désirons créer un véritable effet de surprise en invitant les participants à passer du sombre à la lumière, de la crainte à la joie. C’est la raison du nom «AllôVie» qui induit un «appel à la vie»! 

Concrètement, comment cela se passe-t-il?

Les enfants entrent en petits groupes dans l’église accompagnés par un «jeune coach» qui s’occupe d’eux. Ils découvriront, après une entrée sombre et angoissante (musique, ambiance) une église complètement lumineuse (avec des effets de lumière) et joyeuse. Ils pourront s’amuser sur un château gonflable, confectionner des lanternes et manger quelques friandises. Ensuite, nous les invitons à faire le parcours «même pas peur». Quelques défis qui confrontent les enfants, mais durant lesquels le coach les encouragent et les valorisent. Le final c’est la découverte du trésor, un paquet de bonbon avec un verset biblique invitant à la confiance à l’intérieur!

Ce concept est aussi défiant pour la paroisse?

Oui, car on brave certains interdits, comme mettre un château gonflable dans l’église ou d’autres jeux. Mais je préfère voir le défi de la paroisse dans le soutien qu’elle peut apporter. Un engagement pratique dans l’accueil et la prière. A ce niveau nous recherchons un large soutient auprès des paroissiens pour que toutes les familles et enfants présents à cette fête en ressortent bénis et encouragés.

Est-ce qu'il y a un accueil pour les parents et accompagnants?

Effectivement, les enfants entrent dans l’église tandis que les parents peuvent manger une soupe sur le parvis de l’église, ou boire un verre de vin chaud. C’est l’occasion de rencontres et d’échanges. 

Quel public est-il attendu?

Avec un horaire de 16h à 20h, nous visons les familles avec des enfants jusqu’à 12 ans. L’idée est de créer un événement de quartier, ouvert à un public aussi large que possible! Cette offre est aussi destinée aux familles qui cherchent des alternatives aux pratiques habituelles d’Halloween, ils peuvent venir à l’église et offrir un moment sympa à leurs enfants et convivial pour eux-même!

Pensée du jour

Vision d'avenir (Zacharie 1,7-17)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour