Trouvez ce que vous recherchez près de chez vous :

Dans un rayon de :

Lu dans «Réformés»

Le 1er août dernier, peut-être avez-vous chanté les paroles du Cantique suisse! Des mots qui invitent à la confiance en Dieu, en particulier dans les 2e et 3e strophes:  «Lorsqu'un doux rayon du soir joue encore dans le bois noir, le cœur se sent plus heureux près de Dieu.» «Lorsque dans la sombre nuit la foudre éclate avec bruit, notre cœur pressent encore le Dieu fort; dans l'orage et la détresse, Il est notre forteresse.» Des mots qui peuvent faire sourire, mais qui interrogent alors que notre pays, comme toute la planète, vit depuis un an et demi une pandémie qui bouscule. Si nous prêtons attention à notre hymne national, nous pouvons nous demander: Dieu est-il encore présent lorsque des peuples souffrent? Quelle est notre confiance pour les autres, pour le monde, pour nos enfants?

Loin de nous déresponsabiliser ou de nous rendre aveugles, la confiance en Dieu nous engage non seulement à la prière mais aussi à l’action, à la lutte parfois, de tout notre être, pour le bien, pour la dignité de l’être humain et de toute la Création, malgré ce qu’il y a d’incompréhensible et de désespérant autour de nous. En ce mois de reprise, alors que nous ne connaissons pas l’avenir, enracinons notre confiance en cette Force et cet Amour qui viennent de Dieu, et gardons-nous de placer notre sécurité dans ce qui passe avec le temps. Car là où est notre trésor, là aussi sera notre cœur!

Timothée Reymond
Pasteur

Pensée du jour

C’est à moi que tu parles… (Hébreux 1,1-2,4)

Lire la suite Proposé par : Pain de ce jour